SRNT is the only international scientific society dedicated to fostering and disseminating research on tobacco and nicotine treatobacco.net logo Society for the Study of Addiction
Search treatobacco.net
* see translation disclaimer below
Some key links


La plupart des tentatives d'arrêt du tabac sont infructueuses, même dans les pays où les politiques de contrôle du tabac sont anciennes et bien établies.



La dépendance à la nicotine est une maladie chronique et récurrente (Hughes, 1999; RCP 2007; USPHS 2000). Des données du Royaume-Uni et des Etats-Unis indiquent que seule une très faible proportion de fumeurs de cigarettes arrête de fumer chaque année pendant un an ou plus (Jarvis, 1997; US Department of Health and Human Services, 2000). Jarvis (1997) a estimé que les chances de réussite d’arrêt du tabac d’un fumeur britannique lors d’une tentative sans assistance, étaient comprises entre 0,5 et 3 %. Les données du département de la santé et des services sociaux américains estiment que chaque année, seulement environ 3 à 5 % des fumeurs américains réussissent à arrêter de fumer sans assistance. Ces statistiques américaines ont été confirmées par une analyse de la rechute parmi les fumeurs non traités (Hughes et al., 2004).

Les raisons d'un fort taux de rechute chez les fumeurs sont nombreuses. Premièrement, la conception et le marketing des produits du tabac empêchent les fumeurs d’arrêter de fumer facilement (ex. : en optimisant l'administration de la nicotine, en utilisant des arômes et des additifs, en ne fournissant pas aux fumeurs des informations exactes sur le produit qu’ils utilisent et en utilisant des termes trompeurs tels que «légères» et «à faible teneur en goudrons» pour faire la promotion d’une alternative au sevrage tabagique). De plus, les débits de tabac sont partout et la facilité d'acheter du tabac «normalise» son utilisation dans la société, rendant l'arrêt difficile chez les fumeurs et même pouvant déclencher une rechute. De même, de nombreux fumeurs sont également trop optimistes quant à leurs chances de réussite en termes de sevrage tabagique (Jarvis et al., 2002), ce qui peut faire qu’ils ne sont pas bien préparés aux défis auxquels ils font face, comme par exemple, essayer d'arrêter de fumer sans aucune assistance. Ceci est particulièrement vrai chez les jeunes aux Etats-Unis, où il a été prouvé que l'assistance lors des tentatives de sevrage est considérablement plus faible que chez les adultes et où les taux d'échec des tentatives de sevrage sont plus élevés que chez les adultes.

Hammond et ses collègues (2004) ont montré que beaucoup de fumeurs n'ont pas conscience des différentes méthodes efficaces de sevrage tabagique et qu’ils sous-estiment leurs effets. Ces résultats se retrouvent dans les rapports indiquant que les fumeurs sont mal informés sur les risques pour la santé de la nicotine et sur l'innocuité et l'utilité du TNS (Bansal et al.,, 2004), ce qui peut entraîner les fumeurs à ne pas utiliser les traitements qui peuvent les aider à arrêter de fumer et, même s’ils choisissent de les utiliser, à les utiliser de manière insuffisante et pendant une période trop courte pour en bénéficier pleinement. Shiffman et ses collègues (2008b) ont examiné les perceptions erronées sur les substituts nicotiniques (TNS) au cours d'une enquête par voie postale chez 2866 fumeurs et 337 ex-fumeurs américains, les ex-fumeurs ayant arrêté dans l'année précédent le questionnaire. La majorité des répondants croyaient que le TNS était ou pouvait être aussi dangereux que le tabagisme (66%). Seul un tiers des fumeurs comprennent ce que les scientifiques savent – que fumer est bien plus dangereux que d'utiliser un TNS (Shiffman et al., 2008b).

Ainsi, même si une proportion plus importante de fumeurs a désormais recours à l’assistance lorsqu’ils arrêtent de fumer (West, 1997; Hughes, 1999, Burton et al, 2000; US Department of Health and Human Services, 2000; CDC, 2003) par rapport à la décennie précédente (Fiore et al, 1990), ils sont toujours nombreux à essayer d'arrêter de fumer sans utiliser les traitements validés comme l'aide comportementale ou pharmacologique. A partir des données de Californie qui a l’un des programmes de contrôle du tabagisme les plus actifs, et existant depuis le plus longtemps, Zhu et ses collègues (2000) ont montré que le recours à l’aide à l'arrêt avait augmenté de 8 % en 1986 à 20 % en 1996 et qu'il était associé à un taux de réussite plus élevé. Plus récemment, Shiffman et al. (2008a) ont rapporté que la majorité des fumeurs (64%) n'utilisent aucun traitement dans leurs tentatives d'arrêt.

Dans les pays où le contrôle du tabac est bien implanté, et où les conséquences du tabagisme sur la santé sont globalement bien comprises et acceptées (principalement dans les pays industrialisés), il a été démontré que la majorité des fumeurs veulent arrêter de fumer (West et al., 2001; Boyle et al., 2000; USDHHS, 2000). Dans beaucoup de ces pays, il a également été prouvé qu’environ un tiers ou plus des fumeurs tentent d’arrêter de fumer chaque année (West et al., 2001; Canadian Tobacco Use Monitoring Survey, 1999). Cependant, il y a des différences importantes entre certains groupes de fumeurs, même dans ces pays avancés. Par exemple, des enquêtes au Canada, aux USA, au Royaume-Uni, et en Australie ont montré que les fumeurs moins éduqués et aux revenus plus faible sont moins enclins à tenter d'arrêter de fumer (Reid et al., 2010; ITCPEP, 2010).  

Dans les pays en voie de développement ou les pays avec des mesures de contrôle du tabagisme faibles, la proportion d’anciens fumeurs est bien inférieure à celle des pays développés et l’intention d’arrêter de fumer est bien plus faible que dans les pays à forts revenus. Par exemple, l'enquête du Projet ITCPEP de 2007 a montré que la prévalence des fumeurs ayant déjà essayé d'arrêter de fumer est plus élevée dans les pays riches (environ 80%) que dans les pays à revenu moyen (environ 60%) (Broland et al., 2012; ITCPEP, 2010). Certains chercheurs ont indiqué que plusieurs obstacles empêchent le sevrage tabagique dans les pays en voie de développement, tels que (Abdullah et Husten, 2004) :

  • Les facteurs économiques;
  • Le manque de sensibilisation des dirigeants par rapport aux conséquences sur la santé et aux coûts du tabagisme;
  • La faible perception des risques parmi le public;
  • Le manque de politiques promouvant le sevrage tabagique;
  • Le comportement tabagique des professionnels de la santé et leur manque de connaissances ou de sensibilisation;
  • Les systèmes de soins de santé médiocres;
  • Le manque d’infrastructure;
  • L’action de l’industrie du tabac.



Abdullah AS, Husten CG. Promotion of smoking cessation in developing countries: a framework for urgent public health interventions. Thorax. 2004; 59: 623-630.

Bansal MA, Cummings KM, Hyland A, Giovino GA
. Stop-smoking medications: Who uses them, who misuses them, and who is misinformed about them? Nicotine Tob Res. 2004; 6(Suppl3): S303–S310.

Borland R, Li L, Driezen P, Wilson N, Hammond D, Thompson ME, Fong GT, Mons U, Willemsen MC, McNeill A, Thrasher JF, Cummings KM. Cessation assistance reported by smokers in 15 countries participating in the International Tobacco Control (ITC) policy evaluation surveys. Addiction. 2012;107(1):197-205.

Boyle P, Gandini S, Robertson C et al. Characteristics of smokers’ attitudes towards stopping: survey of 10,295 smokers in representative samples from 17 European countries. Eur J Public Health. 2000; 10(Suppl 3): 5-14.

Burton SL, Gitchell JG, Shiffman S. Use of FDA-approved pharmacologic treatments for tobacco dependence – United States, 1984–1998. Morb Mortal Wkly Rep. 2000; 49: 665-668.

Canadian Tobacco Use Monitoring Survey. Trends in Smoking. 1999.

Centers for Disease Control and Prevention. Use of cessation methods among smokers aged 16-24 years--United States, 2003. Morb Mortal Wkly Rep. 2006; 55(50): 1351-1354.

Centers for Disease Control and Prevention. Quitting smoking among adults--United States, 2001-2010. Morb Mortal Wkly Rep. 2011; 60: 1513-1519.

Fiore MC, Novotny TE, Pierce JP, Giovino GA, Hatziandreu EJ, Newcomb PA,Surawicz TS, Davis RM. Methods used to quit smoking in the United States. Do cessation programs help. JAMA. 1990; 263: 2760-2765.

Hammond D, MacDonald PW, Fong GT, Borland R. Do smokers know how to quit? Knowledge and perceived effectiveness of cessation assistance as predictors of cessation behaviour. Addiction. 2004; 99(8): 1042-1048.

Hughes JR. Four beliefs that may impede progress in the treatment of smoking. Tob Control. 1999; 8: 323-326.

Hughes JR, Keely J, Naud S. Shape of the relapse curve and long-term abstinence among untreated smokers. Addiction. 2004; 99: 29-38.

International Tobacco Control Policy Evaluation Project (ITCPEP). FCTC Article 14: Tobacco Dependence and Cessation. 2010; November), 1-8.

Jarvis MJ. Patterns and predictors of smoking cessation in the general population. In: The Tobacco Epidemic. Progress in Respiratory Research. Edited by CT Bolliger and KO Fagerstrom. Basel: Karger. 1997; pp.151-164.

Jarvis MJ, McIntyre D, Bates C, Foulds J. Effectiveness of smoking cessation initiatives. Efforts must take into account smokers' disillusionment with smoking and their delusions about stopping. BMJ. 2002; 324: 608.

Miller N, Frieden TR, Liu SY, et al. Effectiveness of a large-scale distribution programme of free nicotine patches: a prospective evaluation. Lancet. 2005; 365(9474): 1849-1854.

Pierce JP, Gilpin EA. News media coverage of smoking and health is associated with changes in population rates of smoking cessation but not initiation. Tob Control. 2001; 10: 145-153.

Reid JL, Hammond D, Boudreau C, Fong GT, Siahpush M; ITC Collaboration
. Socioeconomic disparities in quit intentions, quit attempts, and smoking abstinence among smokers in four western countries: findings from the International Tobacco Control Four Country Survey. Nicotine Tob Res. 2010; 12 Suppl: S20-33.

Royal College of Physicians. Harm reduction in nicotine addiction: Helping people who can't quit. London: RCP, 2007; 1-242.

Shiffman S, Brockwell SE, Pillitteri JL, Gitchell JG. Use of smoking-cessation treatments in the United States. Am J Prev Med. 2008a; 34(2): 102-111.

Shiffman SS, Ferguson SG, Rohay J, Gitchell JG. Perceived safety and efficacy of nicotine replacement therapies among US smokers and ex-smokers: relationship with use and compliance. Addiction 2008b; 103: 1371-1378.

Shiffman S, Pillitteri JL, Burton SL, et al
. Smokers’ beliefs about 'Light' and 'Ultra Light' cigarettes . Tob Control. 2001; 10(Suppl.I): i17-i23.

Thorndike AN, Biener L, Rigotti NA. Effect on smoking cessation of switching nicotine replacement therapy to over-the-counter status. Am J Public Health. 2002; 92: 437-442.

US Department of Health and Human Services. Reducing Tobacco Use: A Report of the Surgeon General. Atlanta, GA: US Department of Health and Human Services. 2000.

US Department of Health and Human Services. Treating tobacco use and dependence. A Report of the Surgeon General. Rockville, MD: Agency for Healthcare Research Quality. 2000.

West R. Getting serious about stopping smoking. A review of products, services and techniques. A report for No Smoking Day. London. 1997.

West R, McEwen A, Bolling K, Owen L. Smoking cessation and smoking patterns in the general population: a one-year follow-up. Addiction. 2001; 96: 891-902.

Zhou X, Nonnemaker J, Sherrill B, Gilsenan AW, Coste F, West R. Attempts to quit smoking and relapse: factors associated with success or failure from the ATTEMPT cohort study. Addict Behav. 2009; 34: 365-373.

Zhu S, Melcer T, Sun J, Rosbrook B, Pierce JP. Smoking cessation with and without assistance: a population-based analysis. Am J Prev Med. 2000; 18: 305-311.

treatobacco.net logo
Home | Sitemap