SRNT is the only international scientific society dedicated to fostering and disseminating research on tobacco and nicotine treatobacco.net logo Society for the Study of Addiction
Search treatobacco.net
* see translation disclaimer below
Some key links


Données clés



Force de la preuve

Chacune des données clés a été évaluée en fonction de la force de la preuve sur laquelle elle s’appuie.
A Nombreux essais cliniques randomisés bien conduits produisant des résultats constants.
B Des preuves provenant d'essais cliniques randomisés, mais le support scientifique n'est pas optimal.
C Quelques preuves indiquant un possible effet, mais pas suffisantes pour justifier une recommandation.


Nicotine vs. fumée de tabac

  1. Le principal effet indésirable de la nicotine est d’entretenir la dépendance au tabac. Comme la plupart des fumeurs sont dépendants de la nicotine, ils continuent de s’exposer aux substances toxiques du tabac. Le tabac, et non la nicotine, est responsable de la plupart des effets néfastes sur la santé.
    1 commentaires et éléments de preuve

  2. La nicotine ne constitue pas un facteur de risque significatif pour les accidents cardiovasculaires. Les bénéfices du traitement nicotinique de substitution l’emportent sur les risques des médications à la nicotine, même pour les fumeurs souffrant de maladie cardiovasculaire.
    1 commentaires et éléments de preuve

  3. La nicotine n’est pas une cause substantielle de cancer en soi. Tout risque de cancer au cours d’un traitement à la nicotine à court terme afin de faciliter le sevrage tabagique est insignifiant comparé aux risques liés au tabagisme.
    1 commentaires et éléments de preuve

Grossesse

  1. Selon des études animales, la nicotine est un tératogène fœtal potentiel, et pourrait contribuer au syndrome de mort subite du nourrisson et aux déficits neurocomportementaux de l’enfant. Ces effets sont cependant liés à la dose chez les animaux et les TNS ne se sont pas avérés être tératogènes chez l’homme.
    2 commentaires et éléments de preuve

  2. Si le traitement nicotinique de substitution pendant la grossesse est potentiellement dangereux, il est probablement moins dangereux que le tabagisme, qui expose à la fois la mère et le fœtus à la nicotine, ainsi qu'à une multitude d'autres substances toxiques.
    2 commentaires et éléments de preuve

  3. L’utilisation du bupropion au cours de la grossesse n’a pas été étudiée de manière adéquate, ce qui ne facilite pas la comparaison des risques par rapport aux avantages de son utilisation chez les fumeuses enceintes. Aucune donnée n’est disponible sur l’utilisation de la varénicline au cours de la grossesse.
    3 commentaires et éléments de preuve

Traitement nicotinique de substitution

  1. Les produits de substitution nicotinique présentent une faible probabilité d’abus médicamenteux, notamment lorsqu'on les compare aux produits du tabac. L’utilisation à long terme de médicaments nicotiniques est rare, et susceptible d’être beaucoup moins risquée que le tabagisme. Elle présente donc un avantage global sur la santé si l'individu ne fume plus.
    1 commentaires et éléments de preuve

Traitements non-nicotiniques d'aide à l'arrêt du tabac

  1. Le bupropion est généralement bien toléré par les fumeurs.
    1 commentaires et éléments de preuve

  2. La varénicline est généralement bien tolérée par les fumeurs.
    1 commentaires et éléments de preuve

  3. Il a été démontré lors d’essais de sevrage tabagique chez des fumeurs bien portants que la nortriptyline, le moclobémide et la clonidine ne présentent pas de danger aux doses approuvées pour le traitement de la dépression / l’hypertension.
    2 commentaires et éléments de preuve

Utilisation concomitante et réduction du risque

  1. L’utilisation de médicaments, y compris le traitement nicotinique de substitution, le bupropion et la varénicline, ne présente pas de danger, même lorsqu’ils sont utilisés par des individus qui n’ont pas arrêté de fumer. L’utilisation concomitante du traitement nicotinique de substitution et du bupropion ou de la nortriptyline est généralement bien tolérée.
    1 commentaires et éléments de preuve

  2. Les cigarettes « à risques réduits », comme les cigarettes à faible teneur en goudron et les nouveaux produits du tabac délivrant la nicotine avec une combustion minimale du tabac sont présentés, de manière implicite ou explicite, comme capables de réduire les effets néfastes du tabagisme. Il n’existe aucune preuve que ces produits peuvent réduire le risque du tabagisme ou contribuer au sevrage tabagique. Le traitement nicotinique de substitution, le bupropion, la varénicline et d’autres médicaments conçus pour arrêter de fumer sont probablement plus sûrs que toute cigarette « à risques réduits ».
    1 commentaires et éléments de preuve

  3. Les systèmes électroniques de délivrance de nicotine (Electronic Nicotine Delivery Devices ou ENDD, appelés aussi cigarettes électroniques ou e-cigarettes) deviennent très populaires, mais leur sécurité d'emploi et leur efficacité en tant qu'aide à l'arrêt du tabac, n'ont pas été correctement testées. En attendant que ces études soient réalisées, leur vente pose des problèmes de santé et de sécurité, particulièrement parce que ces nombreux produits présents sur le marché ne sont pas réglementés et aucune supervision du contrôle qualité n'est mis en place. A l'heure actuelle, ces produits ne sont pas recommandés pour l'aide à l'arrêt du tabac.
    1 commentaires et éléments de preuve

  4. Il a été suggéré que le tabac non fumé, tel que le tabac à priser ou à chiquer, pouvait potentiellement aider à réduire les effets nocifs du tabac ou à arrêter de fumer. Les produits de tabac non fumés contiennent des nitrosamines et d’autres agents cancérogènes et sont connus pour provoquer le cancer buccal ou du pancréas (IARC, 2007). Les produits de tabac non fumé créent une dépendance. A ce jour, le tabac non fumé n’est pas recommandé pour arrêter de fumer.
    1 commentaires et éléments de preuve

  5. La pharmacothérapie à long terme a été suggérée comme une aide potentielle pour l’arrêt du tabac ou la réduction des risques liés au tabagisme. La prise au long cours de nicotine, de bupropion ou de varénicline présente probablement moins de danger que le tabagisme. Cependant, l’efficacité de la médication à long terme sur l’aide à l’arrêt du tabac ou la réduction des risques n’a pas encore été démontrée.
    1 commentaires et éléments de preuve

Adolescents

  1. Il y a peu de raison de croire que le traitement nicotinique de substitution, le bupropion ou la varénicline présentent un risque considérablement plus important chez les adolescents fumant plus de 10 cigarettes par jour que chez les adultes fumant plus de 10 cigarettes par jour.
    3 commentaires et éléments de preuve
treatobacco.net logo
Home | Sitemap